"Amourochrome"

Toi qui fus l’auteur de mes jours
et qui accompagna tous mes chagrins
toi qui a rempli ma vie d’amour,
enrichie, j’ai goûté entre tes mains
la magnifique eau de la contestation
À travers tous tes chants de liberté
entre Brassens et Barbara et tant d’autres constellations
tu as aguerri mon regard voilé
J’esquissais patiemment mon destin
de petite fille curieuse au point qu’à la fin
mon cœur d’enfant s’agrandit
ton regard bleu a inscrit une trace infinie
dans ma mémoire, toi, papa
toi qui depuis que tu es parti
d’une simple négligence, d’un oubli
je suis souvent dans le besoin de toi
parce que tu as su consoler doucement
les peurs et les cauchemars de mon enfance
je t’implore, je te nomme malgré la distance
pour te retrouver sur le chemin, au croisement
de la terre jusqu’aux filantes étoiles
J’ai grandi trop vite et tu es mort trop tôt
Reçois ces quelques lignes, ces mots
ce poème construit comme une cathédrale
au goût d’éternité impalpable
reçois mes humeurs, mes rêves
cette poésie construite comme une symphonie
qui s’inspire du chant de ta vie
dans l’infini de ma nostalgique tendresse
reçois tout mon amour et une messe

Mamoon